comment faire une carte quand on est pas cartogaphe ?

Au fil de nos travaux auprès de différents personnes indépendantes non cartographes étant amenées à utiliser des cartes, nous avons collecté une série d’outils leur permettant d’être autonomes dans leurs travaux. Nous vous les restituons ici dans un échange fictif.

Petit point de vocabulaire, nous utilisons une série de métaphores plombières pour décrire les manipulations techniques.

Salut, j’ai besoin d’un plan de cette zone pour mon atelier, t’as quelque chose ?

Salut, pas de problèmes, tu as trois possibilités :

Fieldpapers

Très pratique pour se faire un plan sur le pouce, il permet de faire des cartes jusqu’au format A3 de manière simple sur fond OpenStreetMap sans compétences cartographiques particulières. Plus d’informations sur fieldpapers.org

Maposmatic

Plus avancé, il permet de faire des plans assez grands (format a1), d’Atlas ainsi que la publication de l’index des rues (pour un plan de ville par exemple). Depuis la reprise récente de son développement, il est possible, d’y intégrer des données collectées sur Umap (voir plus bas).

Affiche réalisée avec Maposmatic

Carte personnalisées

Si tu as un besoin particulier comme un format très grand ou original, que tu souhaites mettre en valeur un type d’information bien spécifique, je peux te produire une carte spécifique en web ou en papier. Pour cela, j’utilise principalement Qgis, un logiciel libre de cartographie assez accessible (au regard d’autres logiciels métier existants).

Oui, on a des tasses des logiciels qu’on utilise

Salut, on bosse sur la mobilité dans cette commune, mais on a pas d’infos, t’as un moyen simple de collecter ces informations?

Oui, tu vas avoir plusieurs possibilités , selon le type d’informations que tu souhaites récolter:

Une carte thématique publique :

Si les informations sont simples (points, lignes polygones sans trop d’informations attributaires ou contraintes d’affichage, UMAP fonctionne très bien. Voici un tuto proposé par cartocité :

Voir en plein écran

Tu peux même le lier un tableau framacalc à l’information Umap si tu as des besoin un peu plus avancés.

Bon à savoir, les cartes Umap sont publiques, mieux vaut éviter de donner des informations personnelles sans le consentement des personnes.

C’est un projet avec des données privées.

Je peux te construire une carte en ligne basée sur lizmap que tu peux venir éditer depuis ton navigateur web / ta tablette. C’est un peu plus long et gros comme infrastructure mais tu es maître de tes données. Exemples maison.

Simplement saisir des informations de base : ex: routes, bâtiments, chemins, arrêts de bus…

C’est possible de passer par OpenStreetMap (projet de cartographie coopérative et libre). Tu modifies les informations et après, cela se répercute dans la base mondiale qui te permets d’avoir le fond de plan qui se met à jour ou de télécharger directement tes données. Tu peux regarder ce lien qui explique comment cela fonctionne :http://learnosm.org/fr/beginner/introduction/

Selon le sujet, tu peux utiliser des éditeurs généralistes comme ID ou JOSM ou bien thématiques comme mapcontrib (pour venir ajouter de l’information). Si cela est encore obscur, tu m’appelles que je t’explique comment faire avec plaisir. La tuyauterie pour récupérer la donnée est encore un peu rugueuse mais ça s’améliore et je peux te guider. OpenStreetMap est un commun numérique, c’est à dire que plus nous sommes nombreux à l’utiliser, mieux il se portera.

Salut, notre interlocuteur nous a filé des données mais on ne peut pas les ouvrir avec Inkscape / illustrator, tu peux nous aider ?

Les Dxf, le SHP, le spatialite, les csv et certains formats ésotériques, c’est un peu notre quotidien. Nous avons toute la tuyauterie pour tordre, trouver les bons raccords et transformer les informations. Dis-nous ce que tu as et ce que tu souhaites avoir, on te dira si on a l’outillage pour opérer.

On veut faire un dispositif pour savoir d’où viennent les gens à nos réunions, un truc simple qui nous fait gagner du temps, t’as quelque chose ?

Oui, ça se fait, une petite carte interactive et ça permet de récupérer un nom, une adresse ou autre. Il y a un type futé dans la communauté géo libre qui a développé le géopoppy, une solution cartographique embarquée basée sur un raspberry.

Ça émet un wifi sur lequel tu te connectes avec une tablette. On peut tout à fait connecter un autre ordinateur à la base pour venir afficher cela sur un vidéo projecteur dans un autre espace par exemple (Petite effet futuriste garanti). Cela permet par exemple, si l’installation est là de produire un document cartographique à la fin d’une réunion (PDF ou imprimé).

fonctionnement d’un geopoppy pendant une réunion publique

L’association CartONG a réalisé un  guide sur cette solution qui marche mais dont la marche technique est encore un peu élevée.

Sinon, un bon vieux tableau papier avec des adresses, ça marche aussi, tu peux me l’envoyer (sans les noms des personnes) et je les transforme en points sur une carte.

notre prototype fonctionne et grossi, tu peux nous développer une solution ?

Ah non, je suis plombier cartographe, pas développeur, donc je ne vais pas pouvoir te produire quelque chose mais si t’as les ressources, je connais deux trois structures qui peuvent te produire des solutions libres à partir de briques logicielles existantes (itinéraire, géocodage, interface spécifique,etc.)

Il faut s’imaginer qu’aujourd’hui, l’écosystème cartographique libre est assez riche pour ne pas à avoir à réinventer la roue à chaque nouvelles situations et donc pouvoir produire des prototypes assez rapidement.

Après, je peux t’aiguiller sur les implications techniques de ce type de besoin, histoire d’éviter de se retrouver avec une usine à gaz inutilisable.

Nos interlocuteurs veulent du BIG DATA, de la DATAVIZ si possible en blockchain avec un peu d’IA

On sait secouer les données pour les faire parler en cartes mais si tu veux des indicateurs qui brillent de mille feux, il y a des boites de com’ qui savent mieux faire cela que nous :].


Sympa ta liste d’outils mais si tu n’as que des solutions libres, comment vous vivez du coup ?

Nous manipulons des tuyaux, les adaptons aux besoins spécifiques de nos clients. Notre idée d’outiller au maximum les gens pour qu’ils puissent être autonomes. Nous intervenons quand les projets se complexifient ou que les personnes ne souhaitent pas faire certains travaux et préfère sous-traiter. Généralement, former les personnes avec lesquels nous travaillons est gratifiant car les questions sont plus précises et nous demandent de rechercher dans nos stocks, des raccords de tuyaux bien spécifiques. Faut se le dire, on est un peu geek, donc on aime bien ça.

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

© 2018

Theme by Anders Norén